Les Trois Grâces en première Place

Elément symbolique de la belle endormie, cette superbe fontaine représentant les trois Grâces est située en plein centre de la ville, sur l'emblématique Place de la Bourse, juste en face du miroir d'eau. Mais saviez-vous qu'il n'en a pas toujours été ainsi et que de nombreux candidats ont postulé à la place tant convoitée qu'occupent aujourd'hui ces trois dames ? Découvrez l'histoire mouvementée qui accompagne la place la plus célèbre de Bordeaux.

Inaugurée en 1749 et aménagée jusqu'en 1755 d'après les plans des architectes Jacques et Ange Gabriel, la Place de la Bourse est le symbole de la prospérité de la ville et a connu plusieurs noms. Place Royale à l'origine, place de la Liberté pendant la Révolution, place Impériale sous Napoléon Ier, puis à nouveau place Royale à la Restauration, pour finir par son nom actuel Place de la Bourse, en 1848 à la chute de Louis-Philippe Ier.

Elle représente un magnifique ensemble architectural composé d'une place rectangulaire aux pans coupés avec une statue au centre, ouverte sur le quai, qui a nécessité la suppression d'une partie des murailles qui ceinturaient Bordeaux pour avoir cette ouverture. Il s'agit de la première place en France à être construite hors des murs de la ville et à être ouverte sur un fleuve, suivant la volonté de l'intendant Boucher qui souhaitait rendre la ville plus accueillante. Sa structure, par ailleurs, n'est pas sans rappeler les grandes lignes de la place Vendôme à Paris dont elle s'insipire, ou encore de la place de la Concorde.

En son centre, les changements architecturaux ont été nombreux. Avant de recevoir la fontaine que nous connaissons aujourd'hui, la place de la Bourse a servi de "somptueux écrin" à la statue équestre du roi de France Louis XV, inaugurée en 1743, retirée et fondue en 1792, durant la Révolution. Voici une des seules représentations connues de cette ancienne statue :

Crédit photo : Web Gallery of Art (www.wga.hu)

Cette statue a été remplacée ensuite par un "arbre de la liberté" puis par une modeste fontaine, en forme de colonne de marbre rose surmontée d'un chapiteau blanc et d'un globe. En 1869 enfin, elle est remplacée par l'actuelle « fontaine des Trois Grâces », en bronze et en marbre, représentant Aglaé, Euphrosyne et Thalie, les filles de Zeus, dessinée par Louis Visconti, comme vous pouvez le voir ci-dessus, et fabriquée par Charles Gumery et Amédée Jouandot.

Les Grâces sont assimilées par les Romains à une personnification de la vie dans toute sa plénitude, et plus spécifiquement l’abondance, la beauté et la joie de vivre. Comme tous les dieux et déesses, elles sont éternellement jeunes et belles, et sont souvent représentées en danses et en jeux. L'une tient traditionnellement des roses, l'autre un dé à jouer, et la troisième une branche de myrte, ou bien elles tiennent chacune une pomme. Mais ici à Bordeaux, elles portent des jarres d’eau.

Certains y voient une allégorie des trois cours d’eau (Garonne, Dordogne et Gironde) qui ont fait la richesse de la ville, d'autres croient reconnaître trois souveraines de l’époque : l’impératrice Eugénie, la reine Isabel d’Espagne et la reine Victoria d’Angleterre.

Démontée en 2001 pour cause de travaux dus à l'installation du tramway et de la construction d'un parking souterrain, la fontaine a été rénovée avant de reprendre sa place en 2006. Vous pouvez d'ailleurs découvrir les différentes étapes de ces travaux, en images, sur le lien suivant.

Dès octobre 2009, et ce tous les ans de ce même mois, une campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein utilise comme vecteur les Trois Grâces de la place de la Bourse, enrubannées de rose et baignant dans une eau rouge, comme signe de soutien, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Crédit photo : Olivier Guix - 2011

La place et ses Trois Grâces restent aujourd'hui un incontournable de Bordeaux et un symbole de la ville au niveau national.

Où les trouver : Place de la Bourse

 FOLLOW ME 
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
 RECENT POSTS 

© 2015 by Aurore Druault-Aubin